Prénom en Sorcellerie (Question Client du 25/10/2013)

Prénom en Sorcellerie

Question de Nathalie

Prénom Sorcellerie

Prénom Sorcellerie

  

Bonjour Nathaniel,

J’ai entendu dire que pour jeter un sort il fallait avoir la bonne orthographe des noms et prénoms de la cible. Certaines personnes m’ont signalé qu’étant donné qu’une faute d’orthographe sur mon prénom sur ma médaille de baptême il était difficile de me jeter des sorts. Quelle est l’importance de l’orthographe du prénom lors de la présentation de l’enfant devant Dieu ?

Merci de nous éclairer

3 besos

______________________________________________________

Bonjour ma TCS Nathalie !

Seuls un très très très petits nombres d’actes réclament cela. Autrement non, on t »aura totalement induit en erreur. Pour preuve, d’excellents sorciers sont purement analphabètes et ne sauraient pas même reproduire un prénom lors de leurs cérémonies répétées.

TriBises

www.nathaniel-sorcier-vaudou.com

Les propos tenus sur ce Blog n’engage que moi et sont le fruit de mon expérience comme de mes connaissances.  De fait, je ne veux humblement en rien laisser penser que mon avis prédomine sur celui d’un autre acteur et pratiquant du Culte Vodún.
Cet Article vous a plus ? Cliquez sur J’aime et Partagez le via FACEBOOK (liens ci dessous)

5 réflexions sur “Prénom en Sorcellerie (Question Client du 25/10/2013)

  1. Question subsidiaire : si l’acte peut se faire dans une toute autre langue que celle du commanditaire et du destinataire, peut-on dire que le nom, ou sa prononciation, n’est que l’expression déjà même de sa projection, déjà en pensée…

    Sans dire que chaise remplace table, si on on prononce cheese mais qu’on visualise fauteuil, obtiendrons-nous des meuhhh ou des accoudoirs? ou des accoudoirs en cuir (de vache)?

    • Hello Junior,

      Question très pertinente et intéressante, et j’espère que Nath aura 3 secondes et demi pour y répondre. Après si on reprend son commentaire d’article, peut-être que la visualisation de la personne est le facteur commun à toute demande aux loas. Tout n’étant finalement que pensée créatrice, projection et visualisation. Mais cela impliquerai d’avoir nécessairement une photo de la cible.

      Donc au final, comment faisait nos lointains ancêtres pour demander aux loas de mettre en place une action sur une cible en ne sachant rien d’elle ?

      Peut-être en demandant simplement au commanditaire de focaliser toute son attention sur sa cible au moment de la séance du rituel, permettant ainsi aux loas de sonder l’esprit du commanditaire pour obtenir une image fiable de la personne concernée…

      • C’est vrai qu’à l’époque il n’y avait pas de photo!…
        Lors de l’étude, peut être que le Bokor ressent la « trace énergétique de la cible » ce qui le permet ensuite de diriger les Loas vers cette cible sans forcément une visualisation « physique » (photo).
        D’où effectivement un intérêt pour le commanditaire de se synchroniser avec les séances afin de se concentrer sur la cible peut être pour une meilleur « visualisation »/ressentis de celle-ci par le Bokor…Mais à priori Nathaniel avait l’air de dire que cela était inutile?ou alors c’est à cause d’une trop grande différence de puissance pouvant être la cause d’une dispersion des énergies?

        bonne soirée!

  2. Hahaaaaaaaaa…très intéressant et voilà une nouvelle info dans ma besace…

    BBB

Les commentaires sont fermés.